Superhumanoids

Superhumanoids

« Do you feel OK ? » : C’est une question à laquelle on peut répondre d’un simple hochement de tête ou en tergiversant pendant des heures. Pour Superhumanoids, c’est le titre de leur second album, mais ça ne s’arrête pas là.

C’est une question que les membres du groupe se sont posée, à eux-mêmes, durant tout l’enregistrement : une réflexion sur l’indécision, les nombreux chemins susceptibles d’être empruntés, les choix douteux et bons que l’on peut faire, et les changements dans nos vies, que les proches ne suivent pas toujours. Ça peut déboucher sur un “oui” ou un “non” clair et net ou rester une question existentielle sans réponse.

Depuis son premier album, “Exhibitions” paru en 2013 sur Innovative Leisure, le trio de Los Angeles sonne comme s’il avait fait un bond dans le temps de trois décennies. Alors que le premier album avait suscité moult comparaisons avec des artistes des années 80, “Do You Feel OK?” incarne le présent sur le plan de la puissance et de la clarté permises par la technologie d’aujourd’hui.

Les synthétiseurs sont phosphorescents. Les vocaux de la chanteuse Sarah Chernoff sont impeccables et éthérés. Boosté par des boîtes à rythmes et des hooks duveteux, le groupe incorpore des textures électroniques à un songwriting classique.  Superhumanoids est  singulier  mais son aptitude à passer de la dance au rock rappelle des formations telles que Darkside ou Caribou.

“Au milieu de l’enregistrement, nous sommes partis en tournée avec Erasure et avons constaté que les chansons que nous avions écrites nepossédaient pas l’énergie escomptée, confie Max St. John, le programmeur de synthé du groupe. Une fois rentrés à la maison, nous avons effectuéles changements nécessaires pour compenser cette carence. Nous avons écrit d’autres titres, accéléré les tempos et altéré la production afin de larendre plus excitante.

Les trois membres de Superhumanoids, Chernoff, Cameron Parkins et St. John écrivent ensemble — une telle alchimie est plutôt rare – mais la longévité de leur relation tient autant à sa qualité qu’au fait qu’elle a souvent été mise à l’épreuve.

“Lorsque nous avons publié notre premier album, nous avions de nombreux objectifs que nous n’avons pas tous atteints. Ç’a occasionné quelquestensions dans nos relations, en tant qu’amis et dans le groupe, reconnaît Parkins, le guitariste. Lorsqu’on s’est retrouvés pour travailler sur le nouvelalbum, notre amitié était revigorée et nous connaissions la direction que l’on souhaitait prendre.

Le premier album de Superhumanoids a été qualifié de “pop de rêve épique” par Pitchfork. The Fader a vanté “des chansons taillées pour la radio”et on a pu lire dans New York Times Magazine que “So Strange” méritait d’être le tube de l’été de sa parution. Mais avec ce second album, le trio a grimpé de plusieurs crans : il a ajouté un caractère expérimental à sa pop infectieuse.

“Do You Feel OK?” est le bond en avant qu’un groupe peut faire lorsqu’il a conscience de ce qu’il est, de sa faculté à se faire confiance, de son aptitude à créer un son qui lui est propre. L’album est fluide, mouvant et susceptible d’émouvoir les gens. Si vous en avez assez du consensus d’Internet et des groupes uniformes, pressez le bouton play. Ce disque est parfait pour les fêtes d’été autour de la piscine et pour les retours en voiture à la maison.

Pour quand on se sent OK. Ou pas.

Albums