Kongas

Kongas

Printemps 70, le jeune Marc Cerrone opère une révolution sur lui-même, il quitte ses fonctions de directeur musical du Club Med qui l’ennuie à mourir pour se consacrer à son vrai désir – faire de la musique et jouer de son instrument, la batterie.

Il part jouer dans les rues de Saint Tropez, devant les bars branchés de l’époque, Le Sénéquier ou le Gorille, et fait forte impression à une figure locale, Eddie Barclay qui le programme dans un club local. Cerrone fait alors venir des musiciens avec lesquels il commencé à jouer, quelques semaines plus tôt. Le concert est un triomphe, le tout jeune groupe devient résident au mythique Papagayo et Barclay les signe dès la fin de l’été : les Kongas sont nés ! Mélange entre rock et afrobeat, leurs hits sont appréciés de la faune nocturne fréquentant l’univers encore naissant et underground des discothèques – le groupe tourne beaucoup en France et à l’étranger (le Japon, même, les accueille et c’est une rareté pour un groupe français à l’époque). Cerrone quitte le groupe ayant enregistré deux albums, Afro Rock (1974) et Africanism (1977) mais restera fidèle aux musiciens. Kongas aura surtout été la matrice de ses disques à venir.

2019, le multi-platiné Marc Cerrone ressuscite son premier groupe en faisant appel à la jeune génération de musiciens talentueux animés par la même ferveur afro-disco-rock
live de leurs ainés, quelques décennies plus tôt; Et compose de nouvelles
productions pour l’inébranlable Kongas, héritier d’un hédonisme qui ne connaît pas la crise.

Une seule règle pour le nouveau KONGAS : Que les enregistrements soient live, en prise directe.
Le premier single de KONGAS « Ready to Roar », mixé par Joshua Blair (Mark Ronson, Jamiroquai, Depeche Mode, Paul McCartney) sera suivi d’un premier EP composé de 3 titres inédits et d’un titre original, que les musiciens ont donc enregistré en live, a l ancien studio Vogue, en une après -midi.

Albums